1914-1918 Déclaration de guerre et armistice dans les carnets de Berthe Forgit

Étiquettes:

Je suis en train d’éditer les carnet manuscrits d’une arrière-grande-tante, Berthe Forgit (épouse de Paul Trocquemé), qui couvrent la période 1887-1912. Ces carnets seront mis en ligne dès que ce gros travail (plus de 180 pages manuscrite à transcrire et annoter). Mais en attendant, je libvre ici les deux entrées correspondant à la déclaration de guerre en 1914 et à l’annonce de l’armistice le 11 novembre 1911. Berthe Forgit vivait alors à Royan, et la guerre fit des ravages dans sa famille proche : sur 10 hommes en âge d’être mobilisés, 5 furent tués.

Extrait des carnets de Berthe Forgit, 1er et 2 Aout 1914

1er août 1914 —  Angoisse. Il paraît qu’il n’y a plus d’espoir. Paul va constamment aux nouvelles. 4h30. Soudain, on entend sonner le tocsin qui d’un bout à l’autre de la France annonce l’heure terrible que nous espérions ne jamais voir. Le clairon sonne et le tambour bat lugubrement. Partout, les femmes pleurent. Émotions et angoisse à la pensée de toutes les souffrances, de tous les deuils à venir. La guerre n’est pas encore déclarée, mais il reste maintenant si peu d’espoir.

2 août (dimanche) —  Premier jour de la mobilisation.

Extrait des carnets de Berthe Forgit, 11 novembre 1918

11 novembre 1918 — Le lundi 11 à 11h du matin, les cloches se mettent à sonner allègrement. Tout le monde est joyeux, c’est un enthousiasme indescriptible : l’armistice est signé avec l’Allemagne ; la grande tuerie est terminée.

Berthe Forgit, épouse de Paul Trocquemé, vers 1912. Elle venait, à l’âge de 38 ans, d’apprendre à faire du vélo.

1 commentaire pour “1914-1918 Déclaration de guerre et armistice dans les carnets de Berthe Forgit”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *