How Can We Help?
< All Topics
Print

Passy, Jacques (1864-1898) : Chimiste des parfums, psychologue et artiste

Une image contenant texte, homme, complet, personne Description générée automatiquement
Jacques Passy (1864-1898)

Jacques Passy est né en 1864 à Nice. C’est le 3ème fils de Frédéric Passy (économiste, homme politique et 1er prix Nobel de la paix) et de Blanche Sageret.

Élève diplômé de l’École libre des Sciences politiques, il a fait une carrière de chimiste et a mené des recherches sur l’odorat et les molécules odorantes. On lui doit en particulier une nouvelle procédure de mesure du seuil de perception olfactive. Après le décès de son épouse, il prend en 1896 un poste à Grasse dans la chimie des parfums. Il est employé dans une usine de parfumerie (entreprise Robertet et Cie) où il met au point une nouvelle méthode d’extraction du parfum de fleurs comme le muguet. Il élève alors seul sa fille Yvette Passy.

Il mène en parallèle des études sur la psychologie (en particulier la psychologie des auteurs dramatiques) ce qui le conduit à être un des collaborateurs d’Alfred Binet, directeur du Laboratoire de psychologie expérimentale, avec lequel il produit en 1893-94 une série de Notes Psychologiques sur les Auteurs Dramatiques, rédigées suites à des entretiens avec neuf auteurs célèbres de l’époque dont Alexandre Dumas fils, Alphonse Daudet ou Edmond de Goncourt. Il collabore aussi avec le docteur Edouard Toulouse avec lequel il est amené à examiner l’odorat d’Emile Zola.

Jacques Passy, dessin de Moïna Binet

Il a aussi écrit quelques pièces de littérature, fait de la peinture et été critique d’art. Amateur de musique, il s’intéresse en particulier à Berlioz et Wagner et publie une étude comparative des deux musiciens.

Ses contemporains ont dit de lui « Jacques Passy est à la fois un artiste de la plume et du pinceau et en même temps un homme de science » ; « c’était un garçon extraordinaire de finesse et de distinction d’esprit, un être auprès duquel on éprouvait l’impression de l’irréel, d’une noblesse, d’une immatérialité qui imposait un inconscient respect, avec un mélange d’appréhension, presque la crainte d’un malheur imminent. Il était blond et pâle, avec des yeux bleus très doux, et une légère barbe dorée donnait à la gravité de son visage une étrange spiritualité. Jacques Passy avait une nonchalance naturelle qui ajoutait encore à son charme. »

Homme brillant et très simple, il fut enlevé par une fièvre typhoïde en 1898, à l’âge de trente-quatre ans, laissant sa fille, Yvette Passy, qui fut ensuite élevée par son grand-père Frédéric Passy.

Sources :

Liste de publications

  • « Berlioz et Wagner », le Correspondant, 25 Mai-10 Juin 1888, republié dans Reliquiæ. [En ligne]
  • « Les Taxes successorales en Belgique », Annales de l’Ecole Libre des Sciences Politiques, 4ème année, 1889
  • « Notes sur les Dessins des Enfants. », Revue Philosophique, Décembre, 1891. [En ligne]
  • « La photographie du mouvement », Revue Scientifique, 1er semestre 1892, p. 17-20. [En ligne]
  • « La Psychologie au Théâtre », Revue d’art dramatique, 1er janvier 1892.
  • « Les propriétés odorantes des alcools de la série grasse », Comptes rendus de l’Académie des sciences, 16 mai 1892 p 1140. [En ligne]
  • « Sur les minima perceptibles de quelques odeurs », Comptes rendus de l’Académie des sciences, 8 février 1892 p306, 28 mars 1892, p786. [En ligne]
  • « Sur la perception des odeurs », Comptes rendus de la société de Biologie, 19 mars 1892 p239-243
  • « L’odeur dans la série des alcools », Comptes rendus de la société de Biologie, 21 mai 1892 p447-449
  • « Sur l’Analyse d’une odeur complexe », Comptes rendus de l’Académie des sciences, 31 octobre 1892, p. 689. [En ligne]
  • « Pouvoir odorant du chloroforme, du bromoforme et de l’iodoforme », Comptes rendus de l’Académie des sciences, 1893, p. 769. [En ligne]
  • « Forme périodique du pouvoir odorant dans la série grasse », Comptes rendus de l’Académie des sciences, 1893, p. 1007. [En ligne]
  • « Note sur l’odeur de l’acide benzoïque (remarques sur les corps inodores) », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Février-Mars 1894. [En ligne]
  • A. Binet & J. Passy, Notes psychologiques sur les auteurs dramatiques , l’année Psychologique,1894, Vol 1, pp 60-173. [En ligne]
  • « Revue générale sur les sensations olfactives », l’année Psychologique, 1895, Vol 2 n°2, pp 363-410. [En ligne]
  • « Sur la diffusion des parfums », Comptes rendus de l’Académie des sciences, 1895, p. 513. [En ligne]
  • « Sur la surfusion de l’eau », Comptes rendus de l’Académie des sciences, 1896, p1409. [En ligne]
  • « La chimie des Parfums », Revue Scientifique, n°19, 1er janvier 1897. [En ligne]
  • « L’industrie des Parfums » (conférence de l’association française pour l’avancement des sciences, Revue Scientifique, n°19, 8 mai 1897. [En ligne]
  • « Sur un nouveau mode d’obtention du parfum des fleurs », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Janvier-Juin 1897, p. 783. [En ligne]
  • Sur l’essence de petit-grain, Bulletin de la Société Chimique de Paris, 2ème série, t XVII, 1897, p.519
  • « Un salon de médecin », La Revue des Revues, 1er Décembre 1899. [En ligne et Reliquiæ]
  • « Un Grand Mariage », La Revue des Revues, 15 Juillet 1900. [En ligne et Reliquiæ]
  • « Une collaboration« , La Revue de l’Europe [Reliquiæ]
  • « L’histoire d’un petit œillet rose« , La Revue de l’Europe [Reliquiæ]
  • « La peau du Soldat« , [Reliquiæ]
  • Reliquiæ, Compilation d’œuvres de Jacques Passy éditées par Frédéric Passy, 1905. [En ligne]

Previous Forgit Berthe (1874-1956)
Next Passy, Jean (1866 – 1898) : Linguiste, fondateur de la phonétique, et chrétien engagé
Table of Contents