How Can We Help?
< All Topics
Print

Forgit Berthe (1874-1956)

Berthe Forgit est née le 10 mars 1874 à Taupignac (Charente Maritime). Elle est la fille de Jules Forgit (1843-1919), tonnelier à Taupignac, et de Virginie Vouillat (1899-1911).  Elle est en pension à Saint-Sulpice-de-Royan à partir de novembre 1887, à l’âge de 13 ans, et obtient en mai 1888 une bourse d’école primaire supérieure, bourse qui lui permet en octobre 1887 de devenir pensionnaire de la pension Mouillac à La Rochelle. Elle obtient son brevet élémentaire à 16 ans, en juillet 1890, et est reçue 1ère à l’école normale en août 1891, école où elle fait sa rentrée en octobre.

Berthe passe ses vacances à Saint-Sulpice et se rapproche de son futur mari Paul Trocquemé pendant l’été 1892.

En 1898, Berthe est signataire avec « Mme Trocquemé et Mlle Trocquemé de Royan », d’une pétition « au nom du droit méconnu, contre les poursuites et les persécutions qui frappent le colonel Picquart, l’héroïque artisan de la révision (du procès de Dreyfus) » et mentionnera en 1906 dans ses carnet sa joie à l’occasion de la réhabilitation d’Alfred Dreyfus.

Berthe Forgit et Paul Trocquemé se fiancent le 30 septembre 1896 et se marient le 14 septembre 1899. Berthe a alors 25 ans. Le couple n’aura pas d’enfants, mais Berthe témoignera toute sa vie un très profond attachement à Paul.

Le couple part en octobre pour leur voyage de noces, passe une semaine à Montpellier chez sa belle-sœur (Louise Trocquemé), puis en Italie où ils restent jusqu’à mi-février 1900, séjour pendant lequel ils visitent Grimaldi, Nice, Menton. Ils reviennent par Montpellier, La Fahétié où ils assistent en mai au mariage de Jules Trocquelé et Jeanne Bonnaffé, Clairac (où Paul Trocquemé retrouve les lieux de sa jeunesse), ne rentrant à Saint-Sulpice que fin mai, après 8 mois de voyage.

Paul Trocquemé et son épouse Berthe Forgit vers 1900 (Photo de famille)

Le couple connait une assez longue période d’inactivité pendant lequel Paul, de santé fragile, s’essaye sans succès à plusieurs activités professionnelle et le couple réside dans le presbytère de son beau-père, pasteur à Saint-Sulpice-de-Royan. D’octobre 1904 à avril 1905, Berthe Forgit fait, pour se soigner, un séjour en Algérie chez son beau-frère et sa belle-sœur Jules Paulian et Suzanne Trocquemé. Berthe et Paul résident brièvement à Bordeaux fin 1906 avec Jeanne Trocquemé et Paul Kissel.

Berthe devient institutrice. A 32 ans, elle est nommée le 1er novembre 1906 à l’école nouvellement créée de Maine-Geoffroy, un hameau rural près de Royan. Berthe et son mari Paul s’installent alors « chez de braves gens » dans un petit appartement comprenant une chambre et une cuisine, appartement où ils resteront jusqu’en 1912.

Berthe Forgit avec sa bicylette vers 1912

Berthe est ensuite nommé institutrice titulaire adjointe à l’école des Tilleuls à Royan et fait la rentrée d’octobre 1912. Le couple loue ans la maison « Simple abri » dans l’avenue des Tilleuls et résidera au 21 avenue des Tilleuls jusqu’en 1921 au moins.

Berthe apprend à monter en bicyclette en 1912 à 38 ans, ce qui lui donne enfin la possibilité de se déplacer de manière autonome dans la région. Avec son mari et la famille, elle fait un certain nombre de promenades en vélo, qui sont fièrement mentionnées dans ses carnets ou elle note « Je commence à être bien contente de savoir monter à bicyclette ». Avec son mari, elle va parfois au spectacle (pièce de théâtre « la vie de Bohème » donnée en 1913 au casino Foncillon, cinéma du café des Bains en 1916), assiste à des conférences.

En août 1918, Berthe et Paul font un voyage ensemble pour rejoindre le camp de « La Braconne » où Paul est affecté au foyer des soldats. Ils prennent le train à Royan, puis empruntent la ligne de Saujon à Saintes que Berthe emprunte pour la première fois. Elle apprécie « les gares modern style », visite Saintes et Angoulême, parvient à « la petite station de Montgoumard, perdue au milieu des bois et des rochers ». Le couple voyage avec 6 colis et 2 bicyclettes avec lesquelles ils rejoignent le camp de la Braconne où ils passent 1 mois, visitant La Rochefoucauld, Rancogne (où il s’aventurent dans les grottes).

Par la suite, Berthe et Paul mènent une vie familiale et paisible entre Royan et Saint-Sulpice-de-Royan. Ils voyagent un peu : ils font ensemble des séjours à Clairac (1918 et 1931), en Algérie (1923 et 1938), Oléron (1934). Paul Trocquemé décède en 1941 et Berthe Forgit se retire à Saint-Sulpice-de-Royan, où elle décède à 82 ans le 4 mars 1956.

Sources

Next Passy, Jacques (1864-1898) : Chimiste des parfums, psychologue et artiste
Table of Contents